Historique & processus

 La passation de l'outil artistique et de production qu'est la compagnie MEAARI.

Geneviève Sorin fonde, en 1990, la compagnie MEAARI. Danseuse, chorégraphe, accordéoniste et enseignante, elle a signé plus d'une quarantaine de créations chorégraphiques et musicales.
 
En  2014, elle souhaite une relève pour le projet porté par MEAARI, une inscription largement ouverte sur l'échange et profondément ancrée dans la notion première de liberté individuelle et de création. Ainsi, Geneviève Sorin convie la chorégraphe & danseuse Léa Canu Ginoux à co-écrire Bach et Aujourd'hui aussi ( co-production Marseille Objectif Danse, décembre 2014). La rencontre d'une pianiste et d'une danseuse, dialogue entre une écriture musicale classique, de Bach à Fauré, et une écriture chorégraphique fondée sur l'improvisation.


Geneviève Sorin a affirmé son choix de passation :

"Maintenant. Forte de ces années d’expérience reconnue, je souhaite aujourd’hui impulser une relève dynamique et pérenne en associant au projet de base de la compagnie une interprète, également jeune chorégraphe : Léa Canu Ginoux.
Originaire de Marseille, elle m’a accompagnée dans le cheminement de création aventureux et insolite de "Hep !... Garçon !" et "Garçon, s’il vous plaît !". Elle a partagé avec le même enthousiasme, les pérégrinations du projet en s’adaptant aux mouvements très contrastés des différents contextes et quartiers dans lesquels nous avons "écrit" puis joué les partitions de ces deux pièces.
Artistiquement, pédagogiquement, humainement, Léa  s'inscrit dans le processus mis en place sur le fond du projet de la compagnie qui pose en son centre le regard sur, et l’interaction entre, création artistique et lien social
".


En 2015, année charnière du processus de transmission, les deux chorégraphes s'associent pour offrir une soirée dansée et musicale en trois temps, avec “Liaisons Ternaires” - co-produit par le Théâtre Joliette-Minoterie en décembre 2015. Au travers de trois propositions comme autant de fils délicats qui témoignent des liens unissant les deux artistes,  "Liaisons Ternaires" évoque le passage d'une génération à l'autre. Léa y crée "TOTEM" où elle expose sans pudeur le rire et ses métamorphoses.
 
Les enjeux de la passation selon Léa :  

"Geneviève Sorin par son acte de transmission de la compagnie MEAARI, a remis en question le mode de fonctionnement, de pensées et d'archétypes sur la signification de cet acte. Les enjeux de continuité d'existence et de développement de la compagnie  comme outils de production et de création artistique, s'exercent alors à travers des critères de lectures inhabituels. Il ne s'agissait pas de faire de moi la détentrice d'un répertoire formel à perpétuer, bien qu'il me semble  important que les pièces de Geneviève soient répertoriées, et qu'elles participent à l'histoire de la danse française. Il s'agissait, il s'agit et il s'agira de préserver, le sens 'philosophique' de cet acte de transmission : être capable de transmettre un outil fonctionnel, permettre à ceux qui le reçoivent de renforcer leurs qualités et capacités de penser et d'agir au long terme, construire une autonomie de choix artistiques en dialogue avec les réalités de notre contexte politique, social et économique.
C'est avec conscience que j'ai répondu positivement au challenge de cette transmission. Conscience que cette mission me confronterait à faire des choix et les assumer. Conscience que malgré la confiance que m'accordent Geneviève et les interlocuteurs institutionnels que j'ai rencontrés, cet acte de transmission serait sujet à des remises en question ici et là.  
Le cœur, la pensée et l'esprit guident mes intentions et mes choix pour le présent et l'avenir.  
La saison 2016/2017 a été la première où j'ai dirigé la compagnie, en conciliant son passé et mes projections de transformations, tout en prenant soin en parallèle de la co-direction avec la chorégraphe Christine Fricker du Pôle 164 (lieu de Création et de Développement des Publics à l'Art Chorégraphique).


Entourée d'une équipe, jeune et dynamique, j'ai la force de croire en certaines utopies tout en prenant soin de leurs facteurs de faisabilité. En construisant, nous rencontrons des réussites et des faiblesses mais notre conviction est constante et permanente".